Isinliví, un petit bout du monde…

Isinliví, mardi 24 juin 2014

10h. Je quitte l’hostal Mama Hilda, après un petit déjeuner assez typique du pays : œufs brouillés, pain brioché généreusement tartiné de beurre et de confiture, céréales et yogourt (ou lait au choix), jus de fruits fraîchement mixés et café ou thé. Il est si copieux que je peux facilement tenir jusqu’au soir !

Je prends ce matin la direction d’Isinliví, petit village situé au nord-est de Chugchilán. Avant de partir, je demande à Dario s’il n’aurait pas en réserve une carte de l’itinéraire que je m’apprête à emprunter. Il me dégotte la photocopie d’une carte plutôt très imprécise… C’est mieux que rien. Ah, que je regrette nos belles cartes IGN au 1:25000ème ! En même temps, ça donne à la balade un petit côté aventurier qui me plaît bien.

Me voilà donc reparti, mon sac sur le dos. J’emprunte une route non asphaltée pendant un moment puis bifurque sur un petit sentier après vérification auprès d’un habitant du coin. Le paysage qui défile lentement sous mes yeux est toujours aussi spectaculaire, malgré les nuages qui grisent un peu le tableau…

Rideau de pluie sur la verte campagne équatorienne, Chugchilán

Rideau de pluie sur la verte campagne équatorienne
Chugchilán

Habitation typique des campagnes équatoriennes, entre Chugchilán et Isinliví

Habitation typique des campagnes équatoriennes
Entre Chugchilán et Isinliví

Je tombe une demi-heure plus tard sur un homme assis devant sa maison. Je lui demande confirmation que je suis en bon chemin puis nous nous mettons à discuter. Il m’indique à quelques dizaines de mètres de là un belvédère aménagé que je n’avais pas encore vu et m’y accompagne. Je tombe instantanément sous le charme du panorama qui s’offre à moi : un profond canyon (toujours le Toachi) s’étire sur 180° en contrebas, filant vers le Pacifique en tailladant le plateau.

Canyon du Toachi, entre Chugchilán et Isinliví

Canyon du Toachi
Entre Chugchilán et Isinliví

Miguel est agriculteur et charpentier/sculpteur à ses heures. Il crée de jolis tableaux en bois sculptés puis peints à la main. Nous bavardons pendant trois bons quarts d’heure devant ce fabuleux paysage. Miguel redescend. Je reste de mon côté encore une bonne demi-heure à attendre que le soleil daigne se montrer entre les nuages pour photographier ce tableau. Il n’est pas décidé aujourd’hui, c’est bien dommage !

Miguel devant son paysage quotidien... Entre Chugchilán et Isinliví

Miguel devant son paysage quotidien…
Entre Chugchilán et Isinliví

13h. C’est reparti. Je passe dire au revoir à Miguel dans son atelier puis entame la descente du canyon, sur un sentier pentu et ensablé. J’arrive assez rapidement au fond du canyon et tombe sur une chapelle jouxtant une école en pleine effervescence. Les enfants, tous revêtus de leur tenue d’écolier, jouent dans la cour. Qu’il est agréable de naviguer dans ce décor et d’observer la vie quotidienne de ses habitants ! Je poursuis vers l’aval sur un chemin de terre. Des enfants traînent des branchages en direction de l’école pour je ne sais quelle raison (allumer un feu me semblant être la plus probable). J’essaie de prendre une photo de cette scène un peu originale, sans demander l’autorisation je l’avoue (il aurait été très difficile d’être spontané et de saisir l’instant si j’avais arrêté les enfants pour leur demander…). L’un des écoliers me demande 200$ pour la photo en passant à ma hauteur, puis cinq, puis un dollar. Le petit audacieux a tenté le coup !

Enfants portant des branchages vers l'école, entre Chugchilán et Isinliví

Enfants portant des branchages vers l’école
Entre Chugchilán et Isinliví

Je poursuis mon chemin, m’enfonçant de plus en plus dans le canyon. Je croise un homme à pied menant des chevaux bâtés de lourdes planches en bois traînant sur le sol… Vision d’un autre temps. J’arrive au même moment au niveau d’un superbe pont suspendu au-dessus du Toachi.

Chevaux transportant des planches de bois, entre Chugchilán et Isinliví

Chevaux transportant des planches de bois
Entre Chugchilán et Isinliví

Avant de me m’aventurer sur le pont de singe (le plancher ne m’a pas l’air très solide…), je jette un coup d’œil à ma carte et me rend compte qu’il y a un autre pont un peu plus loin (« logbridge » que je traduis par « pont fait de rondins »). Je décide de poursuivre, espérant que l’édifice est toujours là et qu’il est en état. L’adrénaline commence à monter en moi. Cet itinéraire est à l’évidence très peu fréquenté, le sentier est à peine marqué par endroit et la signalétique est plus que fragmentaire (quelques flèches défraîchies de ci de-là)… Je n’ai qui plus est croisé aucun autre randonneur jusqu’à présent. Et si je me perdais dans ce joli décor ?…

Pont suspendu au-dessus du Toachi, entre Chugchilán et Isinliví

Pont suspendu au-dessus du Toachi
Entre Chugchilán et Isinliví

L’autre pont est bien là : un simple tronc d’arbre abattu au-dessus de la rivière. C’est un passage de fortune mais c’est du solide. Je traverse sans aucune difficulté, content d’être passé en rive droite et de progresser.

Tronc d'arbre faisant office de pont, entre Chugchilán et Isinliví

Tronc d’arbre faisant office de pont
Entre Chugchilán et Isinliví

Je perds momentanément le sentier au niveau d’un pré où paissent quatre chevaux (tous attachés par une patte, comme la plupart des animaux domestiqués ici). Pas de panique, mon fil d’Ariane est forcément quelque part ! Je me rends compte qu’un glissement de terrain l’a coupé sur quelques mètres. Je poursuis le long du Toachi puis commence à m’élever sur le versant est du canyon.

Habitation isolée dans le canyon du Toachi entourée de petits champs de maïs, entre Chugchilán et Isinliví

Habitation isolée dans le canyon du Toachi entourée de petits champs de maïs
Entre Chugchilán et Isinliví

Des sentiers courent un peu dans tous les sens. La signalétique a totalement disparu. Mais qui gère donc cet itinéraire ?! Je suis mon instinct, essayant de garder le cap vers l’Est. J’aperçois bientôt un village en contre-haut. Je me dis que ça ne peut être qu’Isinliví, même si le doute subsiste. J’arrive à un embranchement. Droite ou gauche ? Droite. J’entame une montée raide dans un goulot étroit et fortement ensablé puis débouche sur un petit plateau enherbé. Je vois que je me suis éloigné du village et décide de redescendre jusqu’à la patte d’oie pour emprunter l’autre sentier. Je me sens de nouveau sur les rails et poursuis l’ascension…

Sentier ensablé aux parois quelque peu étroites..., entre Chugchilán et Isinliví

Sentier ensablé quelque peu… étroit !
Entre Chugchilán et Isinliví

Au bout d’une bonne heure de marche, j’atteins enfin un chemin de terre dont les lacets mènent à l’évidence tout droit au village. Je croise des écoliers en train de redescendre vers leurs maisons respectives, disséminées un peu partout dans la campagne. Encore une vision d’un autre temps. Des images de « La petite maison dans la prairie » me reviennent en tête, quand Laura et ses frères et sœurs se rendaient à l’école à pied, en suivant eux aussi un chemin de terre et en coupant à travers champ… Je demande à l’un des enfants s’il le village est bien celui que je crois. « Sí señor». Ouf ! Je grimpe, je grimpe. Les mollets commencent à tirer un peu et le sac à peser sur les épaules.

Vers 16h, j’atteins enfin le village et tombe directement sur l’hostal tant convoité ! Alix, volontaire néo-zélandaise en charge de l’hostal en l’absence de sa propriétaire, m’accueille chaleureusement. Je tombe instantanément sous le charme du lieu : un ancien corps de ferme entièrement restauré, meublé et décoré avec beaucoup de goût. La salle à manger est entièrement vitrée, offrant un panorama superbe sur la campagne environnante. L’hostal est qui plus est « eco-friendly » (toilettes sèches, consommation raisonnée d’eau et l’électricité, etc.). et reverse un pourcentage de ses bénéfices à la communauté locale.

Hostal Llullu Llama, Isinliví

Hostal Llullu Llama
Isinliví

J’opte pour un lit à l’étage (qui accueille un dortoir et quelques loges semi-privatives) et y prends mes quartiers. 19$ avec dîner et petit-déjeuner : rapport qualité/prix excellent. Un couple d’Allemands (Robert et Micaela) arrivent peu de temps après moi. Nous ne serons que trois ce soir à partager l’hostal et la compagnie d’Alix. C’est décidément une période calme dans la micro-région !

Salle à manger de l'hostal Llullu Llama, Isinliví

Salle à manger de l’hostal Llullu Llama
Isinliví

19h. Nous passons à table et là, l’hostal grimpe encore dans mon estime ! Gladys, cuisinière hors pair, nous a en effet concocté un délicieux et copieux dîner : soupe de quinoa, gratin dauphinois, gâteau… Je me régale et partage un très agréable moment avec mes trois convives.

21h30. Je me glisse dans un lit incroyablement douillet, repu de ce festin de nourriture, de conversations et de découvertes ! C’est décidé, demain, je reste une journée de plus à Isinliví pour profiter à nouveau, le temps d’une soirée et d’une nuit, de ce havre de bien-être…

Lits douillets, Hostal Llullu Llama, Isinliví

Les lits douillets du premier étage…
Hostal Llullu Llama, Isinliví

Isinliví, mercredi 25 juin 2014

Je profite de cette journée « off » pour partir explorer les environs du village d’Isinliví.

Isinliví et ses environs

Le village et ses environs
Isinliví

Je tombe en chemin sur quelques jolies espèces végétales.

Fleur, Isinliví

Une espèce aux petits chaussons jaune d’or…
Campagne d’Isinliví

Jolie fabacée aux fleurs bleues, Isinliví

Jolie fabacée aux fleurs bleues
Isinliví

En me baladant au milieu des pâtures, je tombe aussi sur deux lamas plutôt sympas…

Lamas, Isinliví

Lamas : Sont-ils pas mignons ces deux là ?
Isinliví

Le soleil n’est pas très décidé aujourd’hui malheureusement et le temps se gâte dans l’après-midi. Je rentre au bercail vers 15h. Peu de temps après, le brouillard envahit le village et une petite averse se met à tomber. Je suis bien content d’être au chaud et au sec !

S’ensuit une soirée tranquille à l’hostal en compagnie d’Alix et de deux nouveaux hôtes (canadiens anglophones). Le repas est un régal, comme la veille… Extinction des feux vers 22h.

Ah, j’allais oublié cette jolie petite bouille : Mélanie, la fille de Gladys, qui a passé un peu de temps avec nous… Des yeux qui pétillent pour une fillette pleine de vie !

Mélanie Hostal Llullu Llama, Isinliví

Mélanie
Hostal Llullu Llama, Isinliví

 

Latacunga, jeudi 26 juin 2014

9h : je mets les voiles et dis adieux à l’hostal Llullu Llama et Isinliví où j’aurais passé de très agréables moments. Aujourd’hui, je dois rejoindre Sigchos, bourgade située à une douzaine de kilomètres au nord d’Isinlivi, pour y prendre un bus et rejoindre Latacunga. Pour cela, il me faut emprunter pendant environ 3 heures une route non asphaltée serpentant comme un diable dans le relief tourmenté. Je traverse une troisième et dernière fois le canyon du Toachi, toujours aussi beau.

Merveilleuse campagne de la Sierra équatorienne, Route d'Isinliví à Sigchos

Merveilleuse campagne de la Sierra équatorienne
Route d’Isinliví à Sigchos

Je crois régulièrement des gens en plein travail dans les champs. Mon regard s’arrête sur un homme en train de butter des pieds de pomme de terre. Ici, les tracteurs sons rares et les travaux se font bien souvent à la force des bras… et des jambes pour braver les pentes souvent très prononcées.

Le dur labeur des campagnes, Sigchos

Le dur labeur des campagnes…
Sigchos

12h30. J’atteins, après une longue montée en lacets, le bourg de Sigchos. Contrairement à Isinliví, c’est un endroit plutôt glauque, sans charme. On sent aussi qu’il est davantage rattaché à la civilisation, route asphaltée oblige. Je me rends compte qu’il y a beaucoup de petits terrains à vendre, sans trop comprendre pourquoi ici plus qu’ailleurs. Étant en avance sur l’horaire de mon bus, je me promène. Les gens me regardent souvent de la tête aux pieds, comme si je débarquais de la planète Mars. Ils ne croisent pas beaucoup de touristes par ici, ça saute aux yeux.

Rue lugubre jouxtant l'école, Sigchos

Plutôt lugubre cette rue qui jouxte l’école…
Sigchos

Je rejoins la gare routière et retrouve David et Jessica, les deux canadiens de l’hostal qui ont préféré louer les services d’une camioneta pour rejoindre Sigchos (10$). Notre bus part comme prévu à 14h30. S’ensuit une bonne heure et demi de route pour rejoindre Latacunga.

J’ai presque l’impression de rentrer chez moi lorsque j’arrive à la porte de l’Hostal Central. Je retrouve avec plaisir Viola, la propriétaire et Rocio, qui gère l’intendance. Je suis content aussi de récupérer mon sac à dos, resté en lieu sûr dans l’appartement de Viola. J’ai de nouveau une chambre donnant sur la place centrale de la ville. Je me pose quelques heures puis ressors en début de soirée pour dîner (encore un repas qui cale bien pour une bouchée de pain !).

Je me couche vers 23h, heureux d’avoir bouclé ce superbe itinéraire…

Bookmarquez le permalien.

11 commentaires

  1. Bonjour Nico,
    Tu ne me connais pas, je travaille à l’ONF Guadeloupe et c’est Sandra Pedurthe qui m’a passé l’adresse de ton blog. C’est très chouette et ça donne envie. Tes images et tes mots font voyager. Tiens je fais des dessins de la Guadeloupe qui te rappelleront peut-être des souvenirs : http://tibobazar.wordpress.com/
    Bonne route à toi

    • Merci Tibo pour ce commentaire ! Je te connais en fait par l’intermédiaire de Marine Lovero, fifonne invétérée, qui m’a déjà montré certaines de tes œuvres ; et aussi via Kéline qui m’a transmis cette très jolie peinture (qui, en effet, me rappelle de beaux souvenirs) ! A un de ces jours, qui sait 😉

  2. Très cher Nicolas,
    Mille fois merci de nous faire partager ton voyage. En plus tu écris super bien et c’est très agréable de te suivre ! Gros bisous à toi et à très vite.
    Ta tata qui t’aime très fort

  3. Encore un moment où tu nous emmènes avec toi, je suis étonnée des cultures des champs que tu vois, ces contrées nous paraissent si éloignées et pourtant (pommes de terre, maïs, lupins). Merci de cet instant campagne. A bientôt. Ppjojo

    • Merci ma tata ! Eh oui, on trouve ici aussi des patates (aliment de base par excellence) et du maïs (mais il n’est pas ensilé, les épis sont utilisés directement crus dans l’alimentation). Il y a tout de même des espèces que l’on ne trouve pas chez nous comme le quinoa ou le chocho (lupin) que je n’ai pas encore eu l’occasion de goûter… J’espère que le soleil est de retour à la ferme ! Des bisous tout plein !

  4. Que d’aventures !
    Cela dit tu as l’air de gérer tout ça avec une relative facilité. Je suis impressionné !
    Ravi de voir que tu as pris plaisir à visiter la campagne Equatorienne et que tu commences à prendre tes marques !

    Bon vent pour la suite.

    Bisous,
    François

    • Salut François, merci pour tes commentaires ! Il est vrai que jusqu’à présent tout se passe très bien… J’attends de voir si la chance continue de me sourire 😉 On est jamais à l’abri d’une galère ! Je t’embrasse

  5. Salut cousin !
    Merci pour cette charmante balade campagnarde !
    Les paysages que tu croises sont vraiment magnifiques !
    Bonne continuation et à bientôt !
    Gros bisous
    Nadège

  6. Que c’est bien raconté, on se projette la-bas rien qu’en te lisant. Tu es fais pour ça. Et n’oublie pas que je t’aime mon fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *